Lully : Armide

20, 21 et 22 novembre 2015
Détails
Spectacle surtitré
Durée: 
3h30 entracte inclus

Parmi les œuvres marquantes de l’histoire de l’opéra, l’Armide de Lully tient une place spécifique. Ce fut, tout d’abord, la dernière tragédie lyrique de Lully et Quinault. Sans doute la plus forte réussite dramatique de Quinault, et l’aboutissement du projet de tragédie en musique porté par Lully, qui décéda l’année suivant sa création. 

 

Le fantastique personnage de la magicienne Armide, infidèle et pourtant si belle, inspira aux deux auteurs les pages les plus fortes de l’opéra Versaillais. Armide vient une décennie après Atys former l’autre chef d’œuvre du duo Lully/Quinault. Mais ce fut aussi un modèle qui s’imposa jusqu’à nos jours : Gluck en fait une nouvelle version un siècle plus tard (et quel chef d’œuvre !), Rossini emboite le pas, Haendel l’a peut être connue quand il composait son Rinaldo

Chef-d’œuvre du XVIIe siècle, Armide illustre le choc des mondes chrétien et musulman au travers de l’histoire de l’invincible chevalier Renaud et de la princesse-guerrière musulmane Armide. Obsession, jalousie et magie constituent les piliers de cette histoire d’amour tragique. Armide est un drame psychologique. En dépit de sa virginité, Armide exerce sur les hommes une puissante fascination qui les prive de tout instinct d’agressivité et suscite en eux un irrésistible désir sensuel. Armide elle-même est protégée car elle n’a jamais connu le désir. Renaud, pour sa part, puise en sa propre virginité une volonté de fer qui l’immunise aux charmes d’Armide. Les aventures guerrières et amoureuses du Chevalier Renaud et de l’infidèle Armide ont la force d’inspiration des grands mythes. Le somptueux Sommeil de Renaud, les invocations magiques d’Armide, leurs duos éperdus, l’effondrement du palais de la magicienne vaincue et folle de dépit amoureux : autant de scènes inoubliables sublimées par la musique de Lully.

Mais Armide, comme toutes les grandes œuvres de Lully, se fait rare sur les scènes d’opéra, présentée deux fois seulement à Paris en deux décennies. Aussi la reprise de la production conduite à Toronto par Marshall Pynkoski pour Opéra Atelier Toronto est-elle une occasion à saisir absolument. Le magnifique Persée de Lully monté par Opéra Atelier en 2004, sous la direction d’Hervé Niquet et dans des décors richement baroques, avait également fait forte impression. Dans des costumes somptueux, plaçant la chorégraphie comme soutien du drame musical, cette Armide venue du Canada déjà présentée à l’Opéra Royal en Mai 2012, avec l’orchestre Tafelmusik Baroque Orchestra, est servie par des solistes de l’ancien et du nouveau monde, accompagnés par les Chantres du CMBV : les sortilèges d’Armide sont de retour à Versailles !

 

Extrait de Persée de Lully par Opera Atelier Toronto.

 

♦ PROGRAMME

Jean-Baptiste Lully (1632-1687)
Armide

Tragédie en musique en 5 actes. Livret de Philippe Quinault d’après la Jerusalem délivrée de Torquato Tasso.

 

Production : Opéra Atelier Toronto

Onglets

Distribution

Peggy Kriha Dye Armide

Colin Ainsworth Renaud

Stephen Hegedus Hidraot

Meghan Lindsay Sidonie/Nymphe des Eaux

Carla Huhtanen Phenice/Lucinde

Olivier Laquerre Artemidore/Chevalier Ubalde

Daniel Belcher La Haine/Aronte

Aaron Ferguson Chevalier Danois 

 

Jeannette Lajeunesse Zingg, Chorégraphie 

Gerard Gauci, Decors 

Dora Rust D’Eye, Costumes 

Bonnie Beecher, Lumieres 

Opera Atelier Toronto

Marshall Pynkoski, mise en scène 

 

Les Chantres du Centre de musique baroque de Versailles

Tafelmusik Baroque Orchestra,

David Fallis, direction

Commentaires

Ajouter un commentaire