FR EN
Boutique & offres
Informations pratiques
Soutenir
Professionnels
…

Haendel : La Resurrezione

Dimanche 24 novembre 2019
16h | 2h20 entracte inclus

Distribution

Jeanine De Bique Soprano
Caroline Mutel Soprano
Delphine Galou Contralto
Hugo Hymas Ténor
Frédéric Caton Basse

Les Nouveaux Caractères
Sébastien d’Hérin Direction musicale

Présentation

Lorsqu’Haendel, après ses premières armes faites à l’Opéra de Hambourg, décida de se jeter dans la vie, il partit pour l’Italie dont les richesses artistiques brillaient de mille feux. C’est à Rome qu’il réside souvent durant ces années 1706-1710, la ville Pontificale éclatant de vitalité créatrice, et présentant des mécènes attentifs. C’est de l’un d’eux, le Prince Francesco Maria Ruspoli, qu’Haendel reçut ses plus belles commandes romaines : le Dixit Dominus, et peu après un grand oratorio en italien, La Resurezzione. A cette époque, sur décision papale, l’opéra était interdit à Rome, et Haendel trouva ainsi refuge dans l’oratorio allégorique où il put développer tout son art lyrique et son génie dramatique à l’abri de la censure (ou presque…).

Créée le dimanche de Pâques 8 avril 1708, dans une salle du magnifique Palais Bonelli (propriété de Ruspoli) particulièrement ornée (« la salle où a eu lieu le concert était décorée de tapisseries où l’on avait représenté divers épisodes de l’Histoire Sacrée »), La Resurezzione fut donnée avec un luxe assumé : l’orchestre très fourni de quarante musiciens était dirigé par le maestro Corelli, et les chanteurs se partageaient entre une basse, un ténor, deux castrats et la fameuse diva Durastanti. Sacrilège en la Ville Sainte ! Le Pape obtint que pour le second concert un castrat la remplace.

L’oratorio retrace la passion et la résurrection du Christ. Ce dernier n’y est pas présent, mais saint Jean, Marie Madeleine et Marie Cléophas sont les témoins de l’action, avec pour appui l’Ange divin et comme ennemi l’abominable Lucifer. C’est d’ailleurs lui qui ouvre l’œuvre en refusant de s’abaisser devant le Christ qui force les portes de l’Enfer… Autant le dire, l’écriture de Haendel est très clairement dramatique, et c’est bien un opéra sacré qu’il donne à entendre, avec l’intégralité des affects appropriés, de la fureur à la douleur. On est bien loin des écritures liturgiques allemandes dont il arrivait à peine : c’est ici le souffle de l’opéra italien qui remplace les chorals, et le soleil qui darde les sentiments. Et quel panache : dans une exceptionnelle variété instrumentale, les scènes se succèdent et font appel à la virtuosité comme à la grâce des interprètes, sans jamais relâcher la tension d’une œuvre qui se révèle plus riche à chaque écoute. Haendel saura d’ailleurs y puiser nombre d’airs pour ses opéras à venir.


Concert en italien surtitré en français et en anglais

Chapelle Royale

En savoir plus

Chapelle Royale - Plan d’accès

Réserver

Découvrez aussi

Compagnie de Danse l’Eventail : Les Quatre Saisons

Compagnie de Danse l’Eventail : Les Quatre Saisons

sam. 5 et dim. 6 décembre 2020

Ballets

Opéra Royal

Annulé En savoir plus
Charpentier : Messe de Minuit

Charpentier : Messe de Minuit

Dimanche 13 décembre 2020

Concerts

Chapelle Royale

Annulé En savoir plus
Jakub Józef Orliński : Récital à la Galerie des Glaces

Jakub Józef Orliński : Récital à la Galerie des Glaces

Initialement prévu lundi 14 décembre 2020 est reporté au dimanche 4 juillet 2021 à 21h

Concerts

Galerie des Glaces

Reporté En savoir plus