Aller au contenu

Mozart : Trois Dernieres Symphonies

Les trois dernières symphonies de Mozart, respectivement numéros 39, 40 et 41, ont été composées à la suite à l’été 1788, puis créées en tournée par Mozart. Leur force d’écriture en a fait le triptyque le plus joué de Mozart, mais aussi le plus représentatif du classicisme viennois, apportant à l’inventivité des thèmes et à la splendeur de l’orchestration, une maîtrise de la composition proche de la perfection. En somme, ce sont les œuvres les plus préromantiques de Mozart, tout en étant l’aboutissement de la forme classique de la symphonie. L’emphase olympienne de la « Jupiter » est à elle seule la passerelle entre deux époques.

Pour interpréter ces grandes œuvres viennoises, Marc Minkowski, si familier de Mozart, se souvient qu’elles ont été composées dans le même moule que ses opéras les plus célèbres : un orchestre de solistes, une dynamique sous-tendant le propos, une recherche permanente des couleurs dans l’orchestration, et surtout cette faculté à faire chanter l’orchestre comme un chœur de divas !