Aller au contenu

Les Festins Royaux Du Mariage Du Comte D’artois

Dans le Versailles des rois de France, la musique était omniprésente, notamment lors des manifestations d’apparat, et spécifiquement des repas royaux : depuis des décennies, le monarque mangeait en public et en musique, et les Symphonies pour les Soupers du Roi de Lalande en sont l’exemple fastueux. Quand dans les années 1770, Louis XV maria successivement ses trois petits-fils, il fit construire l’Opéra Royal pour en abriter les cérémonies officielles, dont le Festin Royal, au cours duquel la musique jouait un rôle essentiel. Clé de voûte de la cérémonie du mariage, le grand dîner d’apparat était intégralement accompagné de musique, celle-ci couvrant le brouhaha des centaines de courtisans assemblés et le bruit du service à table. 

Un orchestre considérable de soixante-dix musiciens faisaient entendre des symphonies splendides, issues des meilleures compositions du temps, souvent les opéras à succès. C’était donc une apologie de la grande tradition française que ce recueil de suites, dont le raffinement orchestral n’a d’égal que la puissance dramatique et l’énergie chorégraphique. De ces musiques de Cour, il reste le recueil de celles données dans l’Opéra Royal pour le mariage du comte d’Artois (futur Charles X) en 1773, réunies et arrangées pour l’occasion par Francoeur, et exécutées par le Surintendant de la Musique du roi, Rebel. Alexis Kossenko redonne à ces musiques festives le luxe de leur interprétation en grand effectif, sur la scène même qui les avait accueillies pour ce mariage historique !

Partenariat Centre de musique baroque de Versailles (CMBV) | Atelier Lyrique de Tourcoing | Les Ambassadeurs ~ La Grande Ecurie. L’ensemble Les Ambassadeurs ~ La Grande Ecurie est en résidence à l’Atelier Lyrique de Tourcoing de 2022 à 2024 dans le cadre du dispositif de résidences croisées mis en place par le Centre de musique baroque de Versailles