Aller au contenu

Jakub Josef Orlinski : Heroe !

Comment affoler le public et la critique musicale à trente ans ? En devenant en deux saisons une star lyrique grâce à une voix de contre-ténor et à un physique de danseur de breakdance ! Voici sans doute l’une des plus rapide et étonnante renommée dans la musique classique, mettant en valeur le répertoire baroque. Pour ce nouveau programme, Jakub Józef Orliński a choisi de travailler avec ses compatriotes polonais de l’Ensemble Il Giardino d’Amore dirigé du violon par Stefan Plewniak. Et le programme est un florilège d’œuvres de deux maîtres du XVIIIème siècle : l’Italien Vivaldi, et l’Allemand Haendel.

De Haendel, voici des airs extraits des opéras de sa maturité qui enflammèrent Londres grâce aux voix des plus célèbres castrats italiens : Tamerlano (1724, Andrea Paccini), Tolomeo (1728, Senesino)… De Vivaldi, voici des pièces orchestrales pour entrecouper les arias d’Haendel, extraites de ses célèbres concertos pour violon que l’Europe entière admirait du vivant même du compositeur. Mais de Vivaldi, Orliński interprète aussi des airs de son opéra Il Giustino : il fut créé pour le Carnaval de Rome en 1724, mais (puisque les femmes ne pouvaient chanter à Rome) uniquement avec des interprètes masculins, dont sept castrats ! (Haendel repris d’ailleurs le même livret pour son propre Giustino, créé à Londres en 1737, avec le castrat Gizziello dans le rôle-titre).

Nul doute que dans ce déploiement de virtuosité et de sensibilité, qui étaient les deux qualités d’exception des castrats, Orliński ne soit au firmament !