Aller au contenu

Gretry : Richard Coeur De Lion

Un Roi emprisonné, ses chevaliers qui veulent le délivrer et lui chantent leur fidélité, un air fameux “Ô Richard, Ô mon Roi” entonné dans l’Opéra Royal par les Gardes du Corps de Louis XVI lors de leur banquet du 1er octobre 1789, pour saluer Marie-Antoinette et le Roi, déchaînant la vindicte et amenant la foule à Versailles, qui force la famille royale à quitter le château le 6 octobre pour ne jamais y revenir… C’est la fin de Versailles et de son Opéra Royal. Voici le retour à la scène du si célèbre Richard Cœur de Lion (1784) de Grétry, l’opéra-comique français du XVIIIe siècle le plus connu en Europe durant un siècle… disparu des plateaux depuis des décennies !

Hervé Niquet et Marshall Pynkoski s’attellent à cette tâche doublement historique. Ce spectacle replace volontairement l’action sous le règne de Louis XVI et Marie-Antoinette, auxquels l’époque a facilement identifié les héros de l’opéra de Grétry : celui-ci était d’ailleurs un familier de l’Opéra Royal depuis la représentation de Céphale et Procris en 1773. Les décors restituent le style des toiles peintes et châssis typiques de la construction de l’Opéra Royal, les costumes sont ceux de la France prérévolutionnaire (et non plus du Moyen Âge évoqué à la création), la mise en scène donnant à entendre le riche texte de Sedaine vite devenu célèbre. 

Si Grétry fut le compositeur le plus apprécié de Marie-Antoinette, son “Richard” est à la fois l’aboutissement d’une carrière, l’annonce d’un style artistique que le romantisme va saisir, mais aussi la marque historique puissante d’une époque finissante. Voici l’occasion de faire ressurgir l’opéra dans la grande Histoire de Versailles et de la France. Et voici aussi la première production intégrale de l’Opéra Royal de Versailles depuis 1789 !

 

Production Opéra Royal / Château de Versailles Spectacles
Coproduction Le Concert Spirituel, Centre de musique baroque de Versailles
Le Centre de musique baroque de Versailles met à disposition son fonds de décors. Parties séparées réalisées par le Centre de musque baroque de Versailles d’après l’édition Breitkopf.
Créé en 2019  avec le soutien exceptionnel de l’ADOR.