Aller au contenu

Fagioli : Mozart Et Les Castrats

Mozart et les Castrats : Lasciate mi cantare !

Si la passion de Mozart pour les voix féminines est une évidence, elle ne doit pas faire oublier que ses premiers grands airs lyriques virtuoses furent destinés aux castrats !  Dans le tour d’Europe que son père entame avec lui, Mozart est appelé à composer ses premiers opéras pour les scènes italiennes où les castrats triomphent dans le rôle du Primo Uomo de l’opera seria. Dans Mitridate Re di Ponto, créé à Milan en 1770 par le jeune compositeur de quatorze ans, trois des interprètes sont ainsi des castrats ! Suivront notamment Lucio Silla (Milan 1772), La Finta Giardiniera (Munich 1775), et même (en parallèle de la composition de La Flûte enchantée) La Clemenza di Tito (Prague 1791) : dans ces œuvres seria italiennes, Mozart laisse évidemment le premier rôle aux stars des salles pour lesquelles il compose, ou se sert de leur présence pour pimenter l’œuvre. Et c’est le castrat Venanzio Rauzzini qui créée le splendide Exsultate Jubilate dont il est dédicataire, à Milan en 1773 ! L’incroyable Franco Fagioli dédie son timbre resplendissant à ce répertoire qui fit les premiers grands succès de Mozart, et pour lequel il écrivit les airs virtuoses de sa maturité. Abattage, sentiment exacerbé, vaillance et virilité vocale sont au rendez-vous !