Aller au contenu

Ballet Preljocaj : Gravite

REPRÉSENTATION EXCEPTIONNELLE POUR LE RÉVEILLON DU NOUVEL AN

Pour Angelin Preljocaj, la danse est un jeu avec la pesanteur, le poids, l’attraction terrestre : elle colle le danseur au sol, il faut s’en libérer en bondissant, mais elle n’a plus de prise sur les liens que tissent les corps entre eux. C’est donc à une subtile et jaillissante lutte d’amour avec la gravité que le chorégraphe nous convie, déployant toute la palette de son habileté à faire se mouvoir les membres, les têtes, les troncs, pour triompher de ce qui les colle au tapis de danse, et les y ramène dès qu’ils s’en échappent. Une volupté mille fois atteinte grâce à tous les sommets, pics, hauts, jets, sauts où les danseurs décollent, et toutes les conquêtes de l’espace où les interprètes recherchent l’a-pesanteur. Après Bach et l’électro qui pulsent ces nouveaux conquérants du vide, Ravel viendra clore en splendeur – et victoire chorégraphique – le voyage des danseurs, par un volcan de beauté aux laves débordantes et pyrotechniques : l’exceptionnel Boléro !

« La gravitation est l’une des quatre forces fondamentales qui régissent l’univers. Elle désigne l’attraction de deux masses. Elle est invisible, impalpable, immanente. C’est pourtant elle qui crée ce qu’on appelle la pesanteur. Depuis des années, les notions de poids, d’espace, de vitesse et de masse ont traversé de façon intuitive ma recherche chorégraphique. Le travail au quotidien avec les danseurs m’amène à expérimenter des formes dont les composantes fondamentales tournent autour de cette question à la fois abstraite et terriblement concrète. Fidèle à un principe d’alternance entre des pièces de recherche pure et des ballets plus narratifs, j’attends de cette problématique de la gravité qu’elle m’ouvre de nouveaux espaces d’écritures. »

– Angelin Preljocaj –