Aller au contenu

Bach / William Christie : Magnificat

Pour les vêpres de son premier Noël en tant que Cantor à Leipzig le 25 décembre 1723, Bach a choisi de donner le Magnificat à la Nikolaikirche. Dans l’œuvre de Bach, le Magnificat occupe une place très significative : œuvre latine dédiée à la Vierge, elle dénote dans le corpus d’un musicien si pieusement luthérien, mais c’etait y bien la tradition de jouer ce Magnificat Latin à Leipzig.

Ce pilier de la musique sacrée est construit avec un principe de multiples symétries et relations numérales, qui en font un kaléidoscope chiffré du savant travail de Bach, pour un résultat musical éclatant, où jamais ne filtre ces extraordinaires combinaisons ! Enchaînant des chœurs splendides aux affects poussés à l’extrême, et des airs confondants, le Magnificat est peut être l’œuvre de Bach où la perfection et le sublime affleurent à chaque instant.

En diptyque, l’Oratorio de l’Ascension écrit une décennie plus tard en 1735, a la forme d’une grande cantate festive pour raconter (en allemand cette fois) ce moment majeur de la vie du Christ. Trompettes et timbales sont convoquées pour la louange divine, avec un brio de circonstance.

Cette cathédrale sonore aux deux arches magnifiques trouve en William Christie son fervent serviteur, et en ses Arts Florissants une infinie palette de couleurs musicales que Bach aurait rêvé diriger…