Bach / Zelenka : Chefs d’œuvres sacrés

27 janvier 2018 – 19h
DétailsRéserver
Durée approximative: 
2h15 entracte inclus

La route Naples, Florence, Venise, Vienne, Prague, Dresde, Leipzig, Hambourg fut celle des compositeurs d'Europe centrale au début du XVIIIème siècle, mêlant les influences catholiques et protestantes, italiennes et allemandes.

 

La musique sacrée de la prestigieuse Cour de Saxe, à Dresde (catholique) fut marquée dans les années 1720-1750 par la présence exceptionnelle de Jan Dismas Zelenka (1679-1745), mais aussi par les influences catholiques italiennes (Leo, Conti) et celles de l'écriture allemande protestante (Bach). A Dresde se croisent donc les deux styles majeurs d'Europe centrale, que Zelenka fusionne et sublime avec génie. Originaire de Bohême, il devint en 1719 le Maître de la Musique de la Cour de Dresde. Il y porta le niveau de la musique sacrée (catholique) à un sommet d'une puissance évocatrice exceptionnelle, qui le place au rang de Bach ou Haendel ses contemporains. Ses « Litaniae Lauretanae » exigeant du chœur et de l'orchestre une virtuosité redoutable, sont aussi un monument d'expressivité  pour les solistes.
Leonardo Leo (1694-1744), compositeur d'opéra majeur, donna également des œuvres sacrées pour la Chapelle Royale de Naples, et publia en 1740 un splendide Dixit Dominus à deux chœurs, aux proportions considérables, construit avec un contrepoint qui charpente magnifiquement l’œuvre.

Le florentin Francesco Conti (1681-1732) fut appelé à Vienne auprès de la Cour des Habsbourg dès 1701. Compositeur d'opéras majeurs, il produisit les œuvres destinées aux grandes célébrations de la Cour et du Carnaval. Sa tonitruante cantate profane Fra cetre, e fra trombe illustre la gloire des Habsbourg "avec les lyres et les trompettes", dans une écriture éclatante qui défie les plus grandes compositions baroques de son temps !
Enfin Bach (1685-1750) fut le héraut de la musique protestante allemande durant ses années foisonnantes de Leipzig. Sa cantate sacrée Nun ist das Heil und die Kraft est un morceau isolé d'une œuvre perdue, mais c'est sans doute son plus extraordinaire grand chœur contrapuntique, d'une fantastique dynamique : tout le génie de Bach en moins de 4 minutes ! Quant à sa cantate O ewiges Feuer..., somptueusement écrite, elle célèbre Dieu avec la splendeur d'un Magnificat.
Václav Luks, qui a ébloui Versailles dans la Missa Salisburgensis de Biber, et récemment dans l’opéra Arsilda de Vivaldi, est le défenseur ardent de ce répertoire MittelEuropa dont il exhume des chefs-d’œuvre, avec ses musiciens d’élite. Un concert éclatant se profile…



"Officium Defunctorum" de Jan Dismas Zelenka - Direction Václav Luks

 

PROGRAMME 

Johann Sebastian Bach (1685-1750) / Jan Dismas Zelenka (1679-1745) 
Chefs-d’œuvre sacrés       

Leonardo Leo
Dixit Dominus

Francesco Bartolomeo Conti
Cantate Fra cetre, e fra trombe

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Cantate Nun ist das Heil und die Kraft BWV 50

Jan Dismas Zelenka (1679-1745)
Litaniae Lauretanae Consolatrix afflictorum ZWV 151

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Cantate O ewiges Feuer, o Ursprung der Liebe BWV 34

 

Picto abonnement

 
Abonnement Musique sacrée

Onglets

Distribution

Veronica Cangemi Soprano

Hana Blažíková Soprano

Kamila Mazalová Alto

Aneta Petrasová Alto

Václav Čížek Ténor

Tomáš Šelc Basse

 

Collegium Vocale 1704

Collegium 1704  

Václav Luks Direction