Éditorial de Catherine Pégard

Détails

Comment mieux dire la vitalité des spectacles du château de Versailles qu’en égrenant la programmation de sa neuvième saison, depuis la réouverture de l’Opéra Royal ?

Dix-huit nouvelles productions dont huit mises en scène, cinq enregistrements discographiques pour garder le souvenir de moments rares.
 

Mais derrière ces choix dont le plus grand mérite est de ne pas trahir l’esprit des lieux, on retrouve la patte du directeur de Château de Versailles Spectacles, Laurent Brunner. Qu’il me pardonne de dévoiler ses secrets ! Le premier c’est d’avoir su créer, au fil des années, pour Versailles, le compagnonnage d’artistes qui y font rayonner la musique comme l’amitié. Sébastien Daucé, Vincent Dumestre, Franco Fagioli, Leonardo García Alarcón, Sir John Eliot Gardiner, Hervé Niquet et Jean-Christophe Spinosi signent un véritable parcours artistique partagé. Marc Minkowski vient achever sa splendide trilogie Mozart / Da Ponte avec Così fan tutte et Renaud Capuçon nous enchante d’une pirouette dont le titre, Un violon à Versailles, ne révèle pas les surprises.


Les grands chanteurs eux aussi, font assaut de fidélité : Sabine Devieilhe, Stéphane Degout, Joyce DiDonato, Philippe Jaroussky, Patricia Petibon…Tous viennent nous dire l’attraction singulière de l’Opéra Royal. Le second secret de Laurent Brunner, c’est de connaître son Histoire et de savoir la ressusciter. Celle de Versailles qui exige qu’on redécouvre sans fin qu’il était voué à l’art sous toutes ses formes et à la musique en particulier. Nous retrouverons donc après quatre siècles, le Ballet Royal de la Nuit et Phaéton de Lully, dans l’évocation de Benjamin Lazar. Et puis, parce qu’à Versailles il faut – aussi – avoir de l’audace, à la fin de la saison 2017, tout le château, du lever au coucher du Roi s’animera, au tempo d’une journée musicale de Louis XIV.


L’année 2017 célèbre aussi deux anniversaires : la fin du 450e anniversaire de la naissance de Monteverdi commémoré par Sir John Eliot Gardiner, les Pregardien père et fils et William Christie. Et aussi les 500 ans de la Réforme portée par Luther en 1517, cataclysme religieux et donc musical qu’illustrent les meilleurs interprètes d’une pléiade de chefs-d’oeuvre dont deux commandes : la somptueuse Messe de Noël de Praetorius recréée par Paul McCreesh à la Chapelle Royale où Simon Pierre Bestion présentera les Larmes de résurrection mêlant des oeuvres éminentes de Schütz et Schein, enregistrées pour la collection Alpha/Versailles. La période de Noël, puis la Semaine Sainte, sont des moments de prédilection pour la musique sacrée, qui magnifie Bach, mais également recrée de la solennité, celle du Couronnement de Georges II d’Angleterre, très haendelien, ou de la Messe de Saint-Louis des Français de Benevolo. Deux mises en scène à la Chapelle Royale rappellent enfin, la force dramatique des compositions religieuses baroques : les Histoires Sacrées de Charpentier et le Tremblement de Terre de Draghi.


Mais l’automne nous invite d’abord au voyage autour de deux expositions, un “voyage d’Hiver” concocté par les artistes contemporains qui nous entraînent dans les bosquets et les “Visiteurs de Versailles (1682-1789)” qui nous montre que Versailles au XVIIIe était l’endroit où l’on se devait d’être. Il fallait accompagner ces deux événements : à l’évidence, avec le Voyage d’Hiver de Schubert mais aussi avec l’Europe Galante de Campra recréée pour dire que les influences artistiques arrivent de partout à la Cour. Dans le parfait drapé de cette saison se cachent aussi beaucoup de travail et de passion. Rien ne serait pareil sans celle des Amis de l’Opéra Royal, de plus en plus nombreux, de plus en plus enthousiastes. Je voudrais leur dire ma gratitude. Grâce à eux, nous pourrons recréer cette année trois spectacles oubliés. Car c’est aussi notre mission que de faire renaître la musique comme nous restaurons les lieux qui ont été bâtis pour elle.


CATHERINE PÉGARD
Présidente de l’Etablissement public du château, 

du musée et du domaine national de Versailles

 

Commentaires

Ajouter un commentaire