Carmina Latina

18 décembre 2016 - 18h
Détails
Durée approximative: 
1h20 sans entracte

Suite à la conquête des « Amériques », les ecclésiastiques et musiciens Espagnols et Portugais ont exporté dans les terres nouvelles toute leur tradition polyphonique. C’est dans les pays d’Amérique latine que se sont installés ces musiciens, Juan de Araujo au Pérou, Tomas de Torrejon y Velasco en Argentine… 

 

Certains sont nés dans le nouveau monde, ce qui est le cas de Gaspar Fernandez dont toute la carrière se passe dans son pays natal : le Mexique. De plus les bibliothèques musicales des églises d’Amérique Latine ont conservé de très nombreux manuscrits qui contiennent parfois des pièces totalement perdues sur le continent européen.

Si ces musiciens ont apporté au « Nouveau monde », leur savoir-faire de polyphonistes, ils ont aussi été séduits par les traditions populaires locales, allant même jusqu’à adapter les textes de la liturgie catholique aux langues indigènes.

C’est cette mouvance de la tradition polyphonique ibérique qui est illustrée par ce programme qui fait place aussi aux voyages de ces musiciens en Europe, comme l’Espagnol Vittoria à Rome, où il s’imprègne du style de la chapelle pontificale….

Avec sa verve musicale, Leonardo García Alarcón fait de ce programme sacré un hymne à la divinité porté par des rythmes endiablés et des interprètes déchaînés…

 

Extrait de Carmina Latina

 

♦ PROGRAMME

Carmina Latina

 

Onglets

Distribution

Mariana Flores Soprano

Leandro Marziotte Contre-ténor

Miguel Bernal Ténor

Matteo Bellotto Basse

 

Chœur de chambre de Namur

Cappella Mediterranea

Ensemble Clematis

Leonardo García Alarcón Clavecin et direction